instagram arrow-down
Simon Légaré

Articles récents

Archives

D’une révolution à l’autre

Les fois où je me suis lancé dans le vide avec une techno

Je m’en souviens encore comme si c’était hier. On était en 2010, le iPad 1ere génération venait tout juste d’arriver sur le marché. Bien que je trouvais le produit incroyable, je n’étais pas un “Apple fanboy”. J’étais un p’tit gars élevé à grand coup de “format C:/” et de Windows 95 sur un 486dx (tsé, piton “Turbo” pour que ça aille plus vite). Mais bien que je ne sois pas fan de Steve Jobs et sa gang, je savais déjà que ce qu’il présentait comme produit viendrait révolutionner les technologies du moment.

Ce qu’Apple proposait concrètement: un accès facile, pour tous et relativement peu dispendieux à une tablette tactile…et ça ça me faisait nerdgasmer au plus haut point. Mes rêves de science-fiction n’étaient plus bien loin et je voulais à tout prix embarquer dans le bateau pour faire partie de cette révolution numérique…mais avec ce cher Bill Gates! La réponse fut simple : l’ExoPC, un produit québécois.

C’est donc cette même année-là que j’achetais en précommande l’ExoPC, une tablette tactile pleine de potentiel roulant sur Windows 7. La joie débordante fut par contre de courte durée, et ce pour plusieurs raisons. Bien que j’avais pris part au forum officiel pendant plusieurs mois comme un vrai “early adopter” que je suis, le produit final n’était pas à la hauteur de mes attentes.

Des révolutions cycliques

Au-delà de cette expérience décevante, il n’en est pas moins que la venue des tablettes tactiles en 2010 représente une des plus importantes révolutions technologiques jusqu’à maintenant. Ça fait encore partie du quotidien de tous, des plus geeks, jusqu’à ma grand-mère (Allo Jeanne!).

Similairement à bien des domaines, les révolutions au sein des technologies viennent par cycle. Tout roule vite et il y a toujours un gadget plus fort, plus beau et plus vite qui sort dès que tu achètes la bébelle dernier cri. Par contre, une révolution, une nouveauté qui est un réel ‘game changer’, ça n’arrive pas toutes les semaines. À suivre les technos jour après jour, j’anticipe que nous sommes sur le point de voir arriver la prochaine grosse étape en frais de technologie. Si vous n’aviez pas anticipé celle-ci, attachez votre tuque! Fort est parié qu’elle se retrouvera tout droit dans votre visage. Je parle ici des casques de réalité virtuelle (RV).

One “casque” to rule them all

Il y a 5 ans de cela, vous m’auriez parlé de réalité virtuelle, et ce que j’aurais eu en tête, c’est le Virtual Boy de Nintendo. Bien oui, mon plus loin souvenir concernant cette techno me ramène à l’âge 10 ans, en feuilletant les pages de mon catalogue “Distribution au consommateur”. Il était rouge et il était donc bien futuriste. Quel geek ne succomberait pas avec des phrase promo d’un produit comme :

“Virtual boy will transport game player into a virtual utopia with sights and sound unlike anything they ever experienced”

Malheureusement, ce fut une première incursion ratée dans un monde qui n’a jusqu’ici pas été conquis adéquatement par aucune autre compagnie. Le but ultime est d’offrir un produit de qualité assurant une immersion complète et transparente pour l’utilisateur: réussir à plonger dans une deuxième réalité, qui nous sort de notre train train quotidien pour nous amener où on le veut, quand on le veut, sans effort. Sur papier c’est bien, mais encore faut-il bien le faire en réalisant un produit de qualité qui saura se faire adopter par les “early adopters”, et ensuite par la masse.

Pour une première fois depuis l’échec du Virtual Boy, je crois qu’on aura bientôt un casque de réalité virtuelle prometteur digne de ce nom.

L’Oculus Rift, la vraie expérience de RV

Ce qui commença en une campagne de financement par un pur génie de 20 ans se termina en une vraie révolution. Palmer Luckey, inventeur de l’Oculus Rift est un jeune geek et enthousiaste de la réalité virtuelle. C’est dans le garage de ses parents qu’il créa son premier prototype de casque de RV. Rapidement, le monde entier découvrit l’immense potentiel de son produit via une campagne de financement qui permit d’amasser 2.4 millions de dollars (au lieu de la mise de 250 000 $ initiale).

L’élément différenciateur du projet de Palmer : la capacité à présenter une réalité immersive, tout en s’assurant que l’effet d’étourdissement que peuvent vivre certaines personnes lorsqu’elles touchent à ce produit (voir VR Sickness) ne soit pas présent. La technologie représente un cocktail qui peut être explosif: un débit extrêmement élevé d’images à la seconde ainsi qu’un temps de réaction incroyablement mince entre le mouvement de la tête et l’affichage vers l’utilisateur du casque. Peu avait réussi à livrer une performance quasi sans faille. Palmer lui, y est arrivé.

La suite parle d’elle même. Facebook fait l’acquisition de l’Oculus VR (nom de la compagnie de Palmer) pour un montant de 2 milliards (wait, what?). Comme quoi le potentiel est là et que Zuckerberg l’a bien vu lui aussi. Cette acquisition donne à l’équipe de Palmer tout ce dont ils ont besoin pour créer le premier casque de réalité virtuelle grand public. La sortie est prévue pour la fin mars 2016.

Un marché prometteur

Les cas d’utilisations pour ce type de technologie sont extrêmement vastes. Bien entendu, le domaine du jeu vidéo prend une place prépondérante dans ce que le public de masse fera de ce nouvel appareil. Cependant, il ne faut pas perdre de vue les utilisations possibles dans le domaine de l’enseignement, du tourisme ou de l’assistance médicale à distance par exemple. Imaginez visiter le Louvres sans avoir à voyager, ou même assister à une classe à l’université Harvard comme si vous y étiez (pour plus d’idées, voir ce lien).

Early adopter un jour, early adopter toujours

Ce n’est pas une surprise, j’attends avec impatience l’Oculus Rift afin de découvrir moi aussi l’ampleur que prendra cette nouvelle révolution. Comme tout early adopter, je vais me lancer à bras ouvert dans cette nouvelle bébelle, avec l’espérance profonde que ça ne soit pas décevant…comme l’ExoPC!

Pour terminer le tout en beauté, voici une petite introduction de l’Oculus, straight from Palmer itself!

“Virtual reality has the potential to make all experiences available to everyone”

Laisser un commentaire
* Champs requis

*

*